Gilles BONNAT

Né à Lyon en 1968, Gilles BONNAT entre à l'École des Beaux-arts de Clermont-Ferrand en 1989 où il étudie dans les différents ateliers jusqu'en 1992.

Après avoir longtemps pratiqué la peinture à l'huile, il travaille aujourd'hui la tempera à l'œuf sur levka*, un procédé hérité des peintres d'icônes grecs et russes. Grâce à cette technique spécifique, l'acte de peindre prend une tout autre signification qui n’est plus simplement de montrer une image. Pour Gilles BONNAT, l’icône a un rôle actif, les intentions inscrites en elle lors des longues étapes de préparation du support ont des vibrations bien particulières. C'est dans cet état méditatif (dit "alpha") qu'il aborde le levka et la peinture.

Il vit et travaille dans le Livradois-Forez.

*levka : enduit à base de blanc de Meudon appliqué sur panneau de bois.

                           Le levka et le travail d’approche du support

 

Le levka : enduit à base de blanc de Meudon et de colle de peau de lapin sur panneau de bois.

Le support sera enduit de plusieurs couches de levka. Une couche chaque jour (de huit pour les grands formats et jusqu'à vingt sur les petits formats).

Un ponçage léger entre chaque couche jusqu’à la dernière, où sera effectué le ponçage définitif afin d’obtenir une surface très lisse.

À chaque nouvelle couche sera dite-pensée, une intention en fonction du sujet que je me prépare à travailler (comme un mantra) ; cette méditation active, c'est-à-dire appliquée, a pour objet d’inscrire dans la matière le sujet au-delà de l’image, et m’aider dans ce travail de peinture que je me prépare à aborder.

« Zulma » - 2019 - Tempera sur levka  76 x 54 cm.        

Mon support sera prêt à recevoir l’esquisse, tracée avec de la peinture très diluée à l’eau.

J’ai choisi de travailler à la tempera (à l’œuf comme liant) et avec des pigments utilisant l’eau comme diluant.

Cette technique de peinture est très proche de la fresque car l’enduit va boire le mélange avant que celui-ci ne se cristallise dans la matière grâce au jaune d’œuf (le jaune ayant une meilleur tenue que le blanc d’œuf qui feuillette).

Le rendu sera plus mat qu’une tempera à l’huile, légèrement satiné car la lumière glisse ou entre dans le levka suivant la charge de pigment utilisé.

Cette lumière grâce au levka pourra jaillir, réfléchie par le support, où le pigment créera l’ombre. Car je ne crée pas la lumière matérielle, elle est.

Ces techniques d’enduit et de peinture sont employées tout particulièrement dans les icônes grecques et russes. L’acte de peindre prend alors une tout autre signification qui n’est plus de simplement montrer une image. L’icône a un rôle actif, car les intentions inscrites en elle ont des vibrations bien particulières. La contemplation de l’image et les ressentis que nous pourrons éprouver nous dirons au-delà des mots.

C’est dans cet état méditatif (dit "alpha") que je travaille le levka et la peinture. La qualité du levka me permettra de m’approcher de cette incarnation de la peinture, du dévoilement de l’image, celle-ci devenant plus charnelle, plus sensitive grâce au matériau. Il s’agit pour moi de parvenir à faire passer le subtil dans la matière.

Gilles BONNAT

« Intérieur » - 2018 - Tempera sur levka 122 x 80 cm. 

« La Diva » - 2018 - Tempera sur levka 122 x 80 cm.

© 2017 Galerie ART 4. Créé avec Wix.com 

4 rue Gomot 63200 Riom France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean