Frédéric CASTALDI

Né en 1964 à Clermont-Ferrand, Frédéric CASTALDI étudie à l'École des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand dont il est diplômé en 1989. Il est enseignant à l'École municipale d'Arts Plastiques de Riom et poursuit sa recherche picturale. Il vit et travaille à Riom.

« L'Annonciation » - 2017 - Huile à l'eau sur toile : 27 x 46 cm.

Frédéric CASTALDI peint des nus.

Une femme nue entretient des rapports obscurs avec un corbeau. Point de zoophilie dans ce commerce volatile : le « corps beau » n'est-ce pas l'idéal des statues grecques ? Selon Lucien de Samosate, il n'était pas rare que des pèlerins de l'antiquité - au comble de l'excitation - se jettent au cou de la Vénus de Cnide. Il évoque aussi la souillure qui marque le corps de la déesse, consécutive aux amours philopédiques auxquels se livrèrent certains sur sa croupe de pierre. Le « corps beau » c'est la bête qui sommeille en nous, quand la lune d'une Vénus callipyge réveille notre nature solaire.

Frédéric CASTALDI peint le nu mis à nu, dénudé, sans barrière. Dénudé mais pas décharné : la texture adriatique de sa peinture renvoie au velours des chairs vénitiennes. Ce que peint l'artiste n'est pas l'idéal, pas l'archétype idéalisé des néoclassiques, pas le nu académique mais le nu adamique. Il dévoile simplement la nudité sans contrainte des corps : une chair confrontée au soleil, au vent, aux éléments, au paysage immémorial. D'où l'aspect fantastique d'un travail qui ne renvoie pas simplement aux jeux conceptuels du peintre surréaliste MAGRITTE ou à l'étrangeté rêveuse de son compatriote DELVAUX.

Chez Frédéric CASTALDI le nu renvoie à l'étrangeté naïve, primordiale, à l'enfance des corps. Cette dénudation volontaire, ce nudisme de révolté affirme la revendication dune liberté de vivre, de se montrer, de déambuler, de perdurer dans l'insouciance des conventions et des contraintes qui font de l'homme civilisé un prisonnier de ses rôles sociaux. Ce nudisme sans esthétisme annule toute forme de hiérarchie. Sous nos oripeaux, nos chiffons et nos rubans, nous sommes tous égaux face au ciel.

Plus insoumis que DELVAUX, moins conceptuel que MAGRITTE, Frédéric CASTALDI écrit en peinture l'encyclopédie anarchiste des corps.

D'après un article d'Olivier LONG

« La Belle, la Bête, Fantômas et le chat » - 2017

Huile à l'eau sur toile 81 x 100 cm.

« Sous le soleil exactement » - 2017

Huile à l'eau sur toile ovale 40 x 30 cm.

© 2017 Galerie ART 4. Créé avec Wix.com 

4 rue Gomot 63200 Riom France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean